PECHE DES SANDRES PELAGIQUES EN VERTICALE

Afin de faire suite à la superbe vidéo de Simon Torenbeek, Sandres Pélagiques En Suède, cliquez sur le lien pour la regarder, laissez-moi vous expliquer comment j'aborde cette technique passionnante.

Avant tout il vous faut un bateau, un kayak ou un float tube, peut importe et certains jours plus c'est petit mieux c'est, surtout quand l'eau est claire et que le soleil brille car l'ombre projette sera moins importante. Le principe est de se positionner juste au-dessus du poisson, alors la dernière chose que vous voulez est de l'effrayer! Un gros bateau nécessite un plus gros moteur et donc d'avantage de bruit et des bulles qui peuvent gêner l'interprétation du sondeur. Que ce soit le bruit du changement de direction (marche avant/arrière) sur un moteur ou un leurre qui tombe dans le bateau, peuvent caler le poisson: la discrétion est la clé du succès. Vous vous demandez pourquoi je n'utilise pas de moteur électrique, en fait la problématique réside dans la distance à parcourir pour trouver les poissons et pour ça un thermique est le meilleur option. Une fois le poisson repéré, le fait de passer sur un moteur électrique peut être contre productif du fait du temps perdu à positionner votre leurre au-dessus du poisson et du fait des bruits potentiellement produits.

Par principe je ne pêche jamais un poisson qui se trouve à plus de 12m afin de limiter les risques de décompression. En règle général je vais rechercher les zones les plus profondes du lac, même si cela va varier en fonction de la saison. Le paramètre n°1 inhérent au succès de cette technique est la température de l'eau. Voici quelques conseils en fonction de la saison.

Printemps: la glace a fondu et les sandres commencent à se rapprocher des zones de reproduction. Il faut cibler les cassures et les postes les plus profonds à proximité des zones de reproduction. Vous pouvez les trouver là où l'eau se réchauffe sous l'action du soleil printanier, il n'est pas rare de trouver des échos 1 à 3m sous la surface alors qu'il y a 15 à 20m de fond.

Après la fraie: Globalement les mêmes poste qu'avant mais la pêche sera plus aisée comme les poissons doivent refaire le plein d'énergie.

Été: La pêche se durcie car les blancs, à la recherche des zones plus froides, se dispersent et les carnassier deviennent plus durs à localiser.

Automne: Alors que l'eau se refroidie, les blancs se rassemblent et les sandres les suivent. Cibliez les zones profondes et cassures.

Les bases étant posés, il est maintenant temps d'aller chercher les poissons. Vous l'aurez deviné, une partie essentielle de l'équipement est le sondeur ou plutôt les sondeurs. Sur l'eau vous devez prospecter à basse vitesse avec vos yeux collés aux écrans. Je commence généralement ma prospection avec mon unité 2D à 2/3 de sa sensibilité afin de déterminer le positionnement exacte du poisson dans le faisceau de la sonde. L'unité Side Imaging me permettra de gagner de temps avec un prospection latérale de chaque côté du bateau, dès que je repère quelque chose de prometteur je marque un waypoint et je vais ensuite le chercher avec l'unité 2D. Les waypoints sont une aide précieuse pour retrouver ces poisson et peuvent également servir lors de futures séances.

L'avantage de la technologie Side Imaging est qu'elle vous permet une prospection latérale et donc un gain de temps et d'efficacité considérable. Une fois un poisson repéré, il faudra repasser au-dessus afin de le positionner dans le faisceau 2D. Une fois en place, descendez votre leurre, mais arrêtez-le au moins un mètre au-dessus du poisson sous peine de l'effrayer. C'est le poisson qui va au leurre et non l'inverse. C'est la partie la plus complexe de cette technique: interpréter le sondeur, positionner le bateau au-dessus du poisson et de l'y maintenir tandis que vous descendez votre leurre.

Que faire maintenant? Vous n'êtes pas en train de jigger en exo, alors partez du principe simple que généralement plus l'animation est lente et minimaliste, mieux c'est. Si vous animez trop brutalement, les sandres ont tendance à vous faire de magnifiques refus. Dans la majorité des cas, un simple "twitch" de temps en temps suffit. J'en ai vue monter sur plus de 6m pour venir intercepter mon leurre, alors croyez moi, ils savent ce qui se passe, même loin, au-dessus de leurs tête! Quand une présentation classique ne marche pas, vous pouvez remonter le leurre à la même vitesse que le poisson sur une certaine distance avant de le stopper. En règle général un poisson qui monte rapidement est un poisson qui va attaquer. Quand ils ne sont pas très actifs, ils montent plus doucement, les gros sujets réagissent souvent comme ça, dans ce cas, la guerre des nerfs commence! Attendez qu'il se trouver juste derrière le leurre et, si rien ne se passe, imprimez un petit "twitch" et préparez vous à ferrer!

Penchons nous maintenant sur le matériel qu'il vous faut. Idéalement il faut une canne plutôt courte 1.90 à 2.10m et puissante. La longueur de la canne vous permet d'être bien positionné dans le faisceau de la sonde et sa puissance,30 - 50g, d'assurer des ferrages puissants. Pour cette technique j'adore les GUNKI SHIKEGI C 210-H et YURAI C 210-H. Je les associe avec le GUNKI BC 2000 car il faut un moulinet de bonne facture afin de pouvoir assurer une descente rapide et fluide du montage. Le bait casting est à privilégier car il permet de pêcher en ayant une main de libre pour gérer le bateau et régler le sondeur. J'utilise l'excellente tresse SLIDE BRAID de PEZON & MICHEL, car sa construction ultra lisse élimine au maximum les vibrations parasites. En bas de ligne, 50cm de ICE FLUOROCARBON en 41°°, mais s'il y a des brochets je vais passer sur des diamètres supérieurs.

Parlons de la partie que je préfère en terme de matériel qu'il vous faut pour pêcher les poisson pélagiques en verticale: le leurre! Pour être honnête, il y a un leurre, le leurre qui est responsable du fait que je sois devenu "addict" à la marque Gunki: le GUNKI V2RIGGLE qui est tout simplement le leurre que j'utilise 80% du temps. Quand je pêche les poissons pélagiques en verticale, je cible les poissons trophées, il me faut donc ce qui se fait de mieux en leurre et matériel. Le reste du temps je vais utiliser le GUNKI V2IB qui, grâce à sa caudale et voile ultra mobiles, apportent des vibrations uniques pouvant changer la donne quand rien d'autre ne sembler fonctionner. Quand les poissons se tiennent proche de la surface, dans 1 à 5m, j'aime bien les coloris naturels et en 2017 il y en 2 nouveaux qui vont casser la braque: le  BROWN SHINER et le BLUE ICE. Si jamais ils sont plus profonds, dans 5 à 11m, j'adore alors les coloris contrastés comme le CONTRAST PINK et le ORANGE CHART BELLY

Je monte mes leurres sur des têtes d'environ 30g, vous pouvez en utiliser de plus lourdes, jusqu'à 50g, en fonction des conditions (vent, courant...) et de la profondeur de poissons mais, j'aime bien utiliser les plus petites têtes possible afin de garder une présentation naturelle. L'inconvénient de cette technique est que les poisson on tout le temps qu'il leur faut pour scruter votre montage avant d'attaquer, une bonne présentation est donc primordiale. Les nouvelles (2017) têtes GUNKI G'FISH SCREW vont bientôt rejoindre mes boîtes et là attention, les sandres ne vont pas comprendre ce qui leur arrive!

La pêche en verticale des poissons pélagiques est génial pour cibler les gros sujets qui vivent proche des cassure et zones profondes en pleine eau (pélagique) et ayant développé l'habitude de suivre les bancs de blancs. Vous passerez plus de temps à les chercher que réellement à les pêcher, et en fonction de moment de l'année, ce n'est pas la technique les plus productive. Mais en début ou fin de saison je ne crois pas qu'il y ait une autre technique qui procure autant des sensation fortes. Vous localisez un écho, regardez, en retenant votre respiration, votre leurre descendre sur l'écran, voyez le poisson monter et attaquer, ferrez, contrez le rush et combattez un poisson qui essaye de vous arracher la canne des mains! Une fois le combat terminé, la photo prise et le poisson reparti, vous recommencez! Comme la dit Simon Torenbeek dans notre vidéo, "La pêche des pissons pélagiques n'est pas bon pour le cœur"!

Si vous avez des questions n'hésitez pas à me contacter via la page officiel Facebook, Gunki Scandinavia: www.facebook.com/gunki.scandinavia

Au plaisir, Thobbe.