COMMENT PECHER LES TRUITES AUX LEURRES SOUPLES

Quand on aborde la pêche des truites aux leurres on pense généralement aux leurres durs du style poissons nageurs et cuillères. Hors, ce serait se passer de l’efficacité redoutable des leurres souples. Qu’ils soient de forme shad, finesse ou créature, les souples peuvent vraiment faire la différence quand la pêche se complique.

Tout comme les autres leurres, la grande variété de formes permet de s’adapter à n’importe quelle configuration rencontrée au bord de l’eau.

Le matériel

Pour pêcher la truite aux leurres souples, vous devez avant tout, avoir du matériel qui permet une détection maximale de ce qui se passe sous la surface. Pour ce faire j’utilise la canne GUNKI STREET FISHING S-228 M/ML en 3-15gr. Cette canne est un petit bijou qui combine sensibilité et réserve de puissance phénoménale sans oublier des qualités de lanceuse impressionnantes. Associée au moulinet THG FV 1500, vous avez le combo idéal pour pêcher la truite au leurre souple. Question d’habitude, je pêche en tresse contrairement à beaucoup des personnes qui préfèrent le nylon. La tresse me procure les capacités de détection indispensables à cette pêche et la souplesse de la canne permet de limiter les risques de perdre un poisson. Il va sans dire qu’un bas de ligne d’au moins deux mètres en fluorocarbone de 15 à 19°° sera de rigueur.

Mon combo truite : STREET FISHING S-228 M/ML + THG FV 1500.

Les leurres de forme shad

Ce sont mes leurres de prospection qui me permettent de couvrir un volume maximal d’eau. Pour ce faire j’adore les Gunki Tipsy-S et les Whiz. Les vibrations qu’ils émettent permettent de « ratisser » une surface beaucoup plus importante qu’un finesse. Idéal si les eaux sont un peu teintées ou que le courant génère beaucoup de « bruit ». Question animation, je me contente de lancer en travers de la rivière, laisser couler pour prendre contact avec le fond et puis le laisser porter par le courant tout en le récupérant. Ainsi, votre leurre décrira une belle courbe à travers le courant, facile à intercepter par la truite.

Gobage en règle du Tipsy.

Les leurres de forme finesse

Là, il s’agit de mon leurre coup de cœur, le Kiddy ! L’absence de caudale sur ces leurres permet d’obtenir une action dite de « darts ». Ceci signifie que lorsque j’anime mon leurre avec des tirées sèches, il va partir d’un côté, puis de l’autre. Avec l’habitude cette animation peut quasiment se faire sur place ! Une tête profilée comme les Gunki G'Slide sont indispensables pour obtenir cette action. De plus, leur forme leur permet d’atteindre très rapidement le fond. Il faut lancer vers l’amont, prendre contacte avec le fond et laisser le leurre être porté par le courant tout en l’animant avec de petites tirées sèches.

Le Kiddy, mon préféré !

Les leurres de forme créature

C’est la forme de leurre que j’utilise quand les autres ne donnent pas. Le Gunki Naiad, avec ses multiples appendices ultras mobiles représente pour la truite un délicieux petit invertébré. Là, il va falloir ralentir votre pêche au maximum et pêcher comme on le ferait au toc. Il faut exploiter la rivière, veine d’eau par veine d’eau et laisser son leurre dériver le plus naturellement possible. Le courant et la souplesse du leurre feront le reste !

La Naiad, la créature à utiliser quand la pêche se complique.

Les couleurs

Le choix de couleurs est bien plus simple que celle de la forme du leurre ! J’utilise la couleur la plus naturelle en fonction du milieu : la couleur Gremille ou Ghost Brown est parfaite en présence de vairons ou les coloris plus foncés comme le Motoroil Red ou le Shiner Wakasagi s’il y a des sangsues. Sans oublier quelques leurres en Fire Tiger, juste au cas où. Certaines fois, quand la luminosité est vraiment basse ou que les poissons ne mordent pas (eau très froide), ça peut fonctionner !

Je vous souhaite une bonne ouverture et un max de belles truites farios.

Mathieu